Avec les Vacances d’Eté arrive la grande transhumance des troupeaux de touristes, agglutinés comme des sardines en boîte, qui polluent et saccagent le littoral. Vous connaissez déjà les attrappe-rêves amérindiens. Mais sachez qu’il y a, en matière d’Art, les attrappe-touristes, bien moins romantiques et pas si artistiques que ça !

Si vous êtes déjà allé à Paris, vous avez vu à Montmartre, place du Tertre, tout un tas d’artistes dessiner les portraits des visiteurs. Et dans les boutiques à souvenirs, des tableaux représentant les rues de Paris, la Tour Eiffel et autres monuments célèbres. Ne croyez pas que ce soient de vrais peintres qui barbouillent ces croûtes. En réalité, elles sont produites en grande série en Chine puis vendues en gros pour inonder les marchés européens. DAFEN est une ville chinoise où 8 000 artistes (sous payés) produisent à la chaîne trois à cinq millions de tableaux par an dans des « usines d’oeuvres d’art » qui copient et plagient sans vergogne les peintres occidentaux. Les petits malins les achètent en quantité et les revendent à petits prix aux gogos qui s’extasient en ignorant que ce sont des faux.

Allez donc jeter un coup d’oeil chez Ali-Express ou Alibaba (entre autres fournisseurs asiatiques) et vous serrez édifié(e) ou plutôt horrifié(e). Ces toiles sont exportées sans châssis et montées sur cadre en Europe, ce qui permet aux escrocs de tricher sur leur provenance comme pour les jeans de marque.

Le répertoire iconographique des peintres dits « régionaux » se limite trop souvent a l’imagerie du folklore local, la poule aux oeufs d’or étant le souvenir pour touriste. En Bretagne comme à St Tropez, ce sont les marines : aquarelles de bateaux, phares et mouettes qui se vendent à la pelle. En Provence, ce sont les champs de lavande et les oliviers qui font fureur, sans oublier les cigales. En Camargue, les chevaux, les flamands roses et les affiches de Tauromachie prolifèrent. Dans les ports de pêche, ce sont les barques et les poissons qui ont la côte (sans mauvais jeu de mots) et ainsi de suite. Tout ce déballage commercial furieusement vintage, produit en quantité industrielle, et vendu comme des cartes postales, me semble désespérément ennuyeux.

Parfois la frontière semble floue entre le cliché souvenir de Vacances et une véritable création artistique. Certains peintres, inspirés par leur environnement, se démarquent par leur originalité : ils jouent sur l’humour et la fantaisie ou mettent au point un style et une technique personnelle. Mais le grand public est facilement ébloui par la traditionnelle copie de photographie façon aquarelle et par l’académisme rétro-kitsch, au mépris de la modernité. C’est difficile aussi de sortir des sentiers battus quand les services culturels des petites villes demandent aux artistes de « s’inscrire dans le territoire » pour pouvoir exposer dans les galeries municipales. Sur ce principe séléctif, le fabuleux Soulages serait exclus d’office !

Heureusement, il y a des électrons libres qui inventent leurs propres règles en s’inscrivant avec créativité dans la mouvance contemporaine. La ville de Sète, mère de la Figuration Libre avec Combas et Di Rosa dans les années 1980, est Le Musée à Ciel Ouvert (MACO) consacré au Street Art. Depuis 2008 carte blanche est donnée aux graffitistes qui réalisent des fresques sur les murs de la ville / photo ci-dessus. A voir absolument si vous passez par là, mais en dehors des périodes d’invasion barbare !

Le FESTIVAL K LIFE à Sète

N’hésitez pas à donner votre point de vue sur la question !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Vous devez accepter les cookies pour naviguer sur le site ! View more
Cookies settings
J'accepte
Je refuse
Politique de Confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
Adresse  de ce blog Wordpress = http://decodartiste.com/artshop Adresse et domaine secondaire = http://candy-mary.com WordPress ne collecte aucune donnée personnelle sur les visiteurs et aucune statistique des visites, et ne partage vos informations personnelles avec personne. Il n'y a pas de statistiques et mesure d'audience sur ce site, pas de publicité non plus, ni de collecte de données sensibles à des fins commerciales. Lorsque que vous écrivez un commentaire, et lorsque vous inscrivez à la newsletter , ou lorsque vous utilisez le formulaire de contact, votre adresse mail est enregistrée. Elle restera strictement confidentielle et ne sera en aucun cas communiquée à des tiers. Les commentaires sont vérifiés à l’aide d’un système automatisé de détection des SPAMS et définitivement supprimés s'ils sont indésirables (spam, trackback/pingback, insulte, etc.). Si votre commentaire est validé, ses métadonnées (courriel, URL et IP) sont conservés indéfiniment. Cela permet de reconnaître et approuver vos commentaires suivants. Vous pouvez vous désabonner à tout moment de la newsletter : les instructions de désabonnement sont indiquées en bas de chaque courriel. Conformément à la Loi 78-17 « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978, chaque personne dispose d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition à ses données personnelles. Pour tous renseignements envoyez un message à la page Contact en précisant votre adresse mail afin de communiquer directement avec l'artiste.
Save settings
Cookies settings