#portrait

Portrait digital abstrait

portrait-digital1Lorsque j’ai fait un croquis au crayon il m’arrive parfois de le retravailler avec ma petite souris. C’est le cas avec ce portrait géométrique que j’ai numérisé et mis en couleurs après en avoir retracé les lignes. Un peu cubiste mais pas trop déstructuré, je l’ai voulu dans l’esprit des graphismes des années 1950, période ou l’on aimait bien simplifier les formes pour les ramener à l’essentiel. Ce genre de stylisation est plus complexe que de faire un travail réaliste, quoiqu’en pensent les profanes qui ont vite fait de dire « mon enfant fait exactement pareil ».

D’ailleurs j’ai toujours en tête cette phrase de Picasso qui disait « J’ai mis soixante ans à apprendre à dessiner comme un enfant ». La peinture n’est certainement pas une restitution photographique de la réalité mais une tentative pour voir ce qu’il y a derrière les apparences et de l’autre côté du miroir. Un long apprentissage est nécessaire pour se débarrasser d’une pratique figurative afin d’élaborer un style plus libre et original.
portrait-digital4J’ai utilisé ce dessin pour illustrer mon profil sur GOOGLE PLUS afin de matérialiser la démarche que je souhaite privilégier… Quelle version préférez-vous ?


Quatre coups de pinceau

cartecarre01Quatre coups de pinceau (ou presque) m’ont suffit pour réaliser ce croquis sur une carte carrée de 16 x 16 cm. Un petit portrait rapide au caractère volontairement inachevé. Pour l’authentifier j’ai mis mon empreinte au verso. Parait que ça se fait dans les galeries. Je vais le mettre en vente avec l’enveloppe assortie. Mon idée est que ce genre de dessin peut servir de carte de voeux et en même temps de cadeau comme une oeuvre d’art originale à mettre sous verre.
J’ai voulu travailler spontanément  dans l’esprit du SUMI-E

keyboardEt puis je viens de m’acheter le super clavier ergonomique de Microsoft (le vieux était vraiment pourri) avec repose poignets matelassé tout doux et plein de touches pratiques. Sa forme ondulée devrait m’éviter quelques crampes. Déjà que je ne peux plus me passer de ma super souris ergonomique, je sens que je vais adorer ce nouveau gadget.

Princesse Bollywood

viage-bleu02

Avec mon objectif de privilégier la spontanéité du geste et la polychromie je viens de brosser rapidement ce portrait sur une petite toile de  30 x 30 cm. Je l’ai peint directement sans faire de dessin préalable, en organisant de grandes surfaces de couleurs fortes et contrastées. Mais mes vielles habitudes ne me quittent pas si facilement : j’ai quand même dessiné avec le pinceau, en équilibrant les proportions.

J’ai souligné les contour au feutre Posca rouge, jaune et noir. C’est une gamme de tons froids : bleus, rose fuchsia et jaune citron, une palette plutôt kitsch qui rappelle les peintures traditionnelles indoues, mais que j’ai traité de façon très contemporaine. Elle a d’ailleurs la peau bleue et les grands yeux maquillées des divinités adorées du côté de Katmandou ou Singapour :

statue-temple-singapore

Statue peinte ornant un temple de Singapour

Très à la mode dans les années 1970 et ré-actualisée par le cinéma de Bollywood, la culture indoue reste quand même très loin de notre univers. Mais je crois qu’il y a des leçons profitables à tirer de sa mythologie. C’était ma dernière élucubration !