#cheval

Une Sauvage Cavale

cavalejaune02Un grand cheval jaune chevauché par une belle amazone nue : c’est l’expression même de la Liberté que j’ai voulu illustrer avec ce dessin à l’aquarelle soulignée d’encre de chine sur un papier de grand format (30 x 50 cm). Comme d’habitude, j’ai stylisé les formes en les simplifiant pour les idéaliser. C’est peut être un point de départ pour une réalisation plus aboutie…

cavalejaune01Un rêve de communion avec la nature sauvage. Mais est-ce possible encore ?


Un cheval rehaussé de dorure

cheval-noiror

Pour créer un effet de couleur en négatif, j’ai dessiné ce cheval au pinceau sur une grande feuille de papier Canson noir avec de la peinture blanche. Puis j’ai rehaussé sa silhouette de touches de dorure à l’ancienne pour boiserie que j’ai acheté dans mon magasin de bricolage préféré. On ne voit pas bien la nuance sur l’image, mais c’est réellement un effet métallique identique à de l’or fin ! Cette dorure (Syntilor) est très couvrante et sèche très vite. Et j’ai bien l’intention de la tester sur d’autres supports !
cheval-bleubrun
Puis j’ai photographié mon dessin et j’ai retravaillé l’image avec mon logiciel d’infographie. En inversant les couleurs, il devient marron et bleu sur fond blanc.

Quelle version préférez-vous ?

La noblesse du cheval

cheval-noirL’actualité m’a fait ressortit quelques dessins que j’ai réalisé  il y a longtemps. J’ai toujours aimé représenter les chevaux. J’ai dessiné le premier avec des ciseaux en découpant du papier noir que j’ai collé sur un fond blanc. J’ai joué avec le découpage des formes en les décalant et en misant sur l’inversion des noirs et blanc. Bien sûr j’avais en tête la démarche du grand Matisse qui travaillait à la fin de sa vie avec des ciseaux et du papier…
chevalfeutre
J’ai dessiné le second au stylo feutre sur mon carnet de croquis…
cheval-portrait
J’ai brossé rapidement le troisième sur une plaque d’isorel avec des vieux fonds de pots de peinture.

Tous les animaux sont admirablement beaux, mais il y en a que l’on ne pourrait jamais manger parce que leur noblesse et le lien exceptionnel qu’il ont avec l’humanité nous oblige à les respecter plus que d’autres. Ainsi le cheval nous accompagné et servi pendant des siècles : sans lui, comment labourer un champ ou parcourir les routes ? Cela aurait -il été possible sans amour infaillible et sans confiance absolue ? Qu’en pensez vous ?