En attendant la fin du Monde


Si l’on en croit les films catastrophe et les séries TV apocalyptiques made in USA, lorsqu’il n’y aura plus d’énergie, les humains se transformeront en une bande de brutes sauvages plongés dans l’obscurantisme. Mais je ne crois pas du tout à ce genre de scénario déprimant. On est certes bien loin de l’optimisme de Robinson Crusoé (Daniel Defoe) ou de l’Ile Mystérieuse (Jules Verne) qui ont enchanté mon enfance. En moins de 100 ans, nous (les humains) avons épuisé les ressources naturelles de la planète en se fichant éperdument de ce que nos enfants (et petits enfants) auront en partage !

Mais l’humanité a vécu durant des siècles sans électricité et s’est très bien débrouillée pour construire des maisons, coudre des vêtements, tricoter des pulls, cuire du pain et modeler des bols. Avec imagination, créativité, ingéniosité et curiosité, on peut réaliser beaucoup de choses.

Ma grand-mère avait une bonne vieille machine à coudre à pédale. Avez-vous oublié qu’ils n’y a pas si longtemps, on se passait de moteur électrique : on pédalait, on moulinait, on bricolait ? Si vous dénichez une ces petites merveilles indestructibles dans une brocante, n’hésitez pas à l’adopter.

Autrefois, pour s’éclairer, on avait bien sûr, des chandeliers et des lampes à pétrole que l’on peut encore acheter, car on les utilise toujours en camping ou sur les petits bateaux. Il seraient vraiment judicieux de compléter votre déco avec ce genre d’objet très utile en cas de panne.

Pour faire du café dans les années 1950 (il n’y a pas si longtemps) on avait un moulin à café (en bois), une casserole et un filtre en papier. Et le café fraîchement moulu à la main avait bien meilleur goût que celui qui sort des usines d’aujourd’hui et qui coûte une petite fortune. Et Peugeot en fabrique encore !

Si nous l’électricité vient à nous manquer, il faudra bien se passer de tous nos robots ménagers et revenir au tout fait à la main et à la maison et cela s’appelle la DÉCROISSANCE (concept né en 1970). En attendant il faudrait préparer la nouvelle génération en leur apprenant à coudre, tricoter, menuiser, cuisiner, et ainsi de suite. Tout le temps perdu à s’hypnotiser sur les écrans plats en sera bien plus judicieusement employé. D’ailleurs sans les métaux précieux comme l’argent et le lithium qui entrent dans la composition de leur jouet favori, nos ados seront bien obligés de se mettre à lire et à écrire, et enfin à réfléchir voir à philosopher, au lieu de taper des idioties sur un clavier  ! Et ce ne sera pas la catastrophe que les faux prophètes annoncent… si l’on arrive à se servir d’un poêle à bois.

Bizarrement aussi dans tous ces scénarios futuristes, il n’y a pas d’artistes ! Mais que serait la civilisation sans artistes, peintres, musiciens, danseurs, poètes ??? Je vous le demande !

L’information ne manque pas au sujet de la fin des ressources énergétiques =

https://www.mtaterre.fr/

https://www.encyclo-ecolo.com/Epuisement_des_ressources_naturelles

https://www.consoglobe.com/

Post Scriptum :

Après avoir rédigé cet article, j’ai écouté un reportage radiophonique sur les dangers d’Internet où le journaliste posait cette question cruciale : « mais où peut-on enregistrer nos codes secrets en évitant le piratage ? ». Mais il n’a pas pensé une seconde que l’on peut les ECRIRE sur un papier ! Moi, qui suis d’une autre génération, j’ai un répertoire où j’ai noté toutes les adresses et numéros dont j’ai besoin. Et d’ailleurs on trouve toujours des stylos-plume et de très joli petits carnets dans les papeteries !

Et vous ? Est-ce que vous fonctionnez à l’ancienne ou bien êtes-vous accro aux robots ?

5 thoughts on “En attendant la fin du Monde

  1. L’ordinateur m’est devenu indispensable comme le lave linge… Sinon je n’ai pas de voiture, je ne conduis pas, j’achète de vieux meubles et même j’en récupère dans les poubelles. Je vis avec mon temps mais sans excès … Je crois. C’est juste une question d’équilibre.

    1. Ma voiture a 15 ans et tient bon la route, elle m’est indispensable pour me déplacer et transporter mon matériel d’artiste et les vieux objets que je récupère aussi en brocante ! J’ai aussi un lave-linge et je penses comme toi qu’il faut se limiter à l’essentiel et se passer du superflu …

  2. Je fonctionne beaucoup avec mes mains. Mais je suis de l’ancien monde, la petite fille que j’étais était chargée de moudre le café (ah, l’engin qui échappe des genoux…) et de verser l’encre dans les encriers de la classe (ah, l’encre qui déborde…) Mes filles et petites-filles n’en sont pas fan mais elles savent repriser, tricoter, coudre un vêtement.
    A nous de transmettre tout cela !

    1. Nous sommes de la même génération : j’adorais les encriers en porcelaine et les portes plumes de l’école : j’ai gardé le goût de la belle écriture calligraphiée !

  3. je vis avec mon époque, j’essaie de rester « dans le vent » grâce à mes élèves;mais même à presque 50 ans je garde le goût des choses d’antan, l’art de la belle écriture, de la dentelle, des pulls tricotés main, mes élèves ne savaient pas ce qu’étaient le tricot, à nous de transmettre…
    bisettes Mary
    coc♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *