Un brin de Culture

Déjouer les pièges de la Publicité

Avec la Rentrée scolaire , tous les parents doivent racheter des fournitures et des vêtements avec un difficile combat à mener contre les médias qui dressent les enfants à exiger tel ou tel produit !

Mais comment les aider à déjouer les pièges de la Publicité ?

D’abord il faut dire que c’est monsieur Pavlov qui a mis au point la technique du conditionnement en se basant sur le dressage des chiens (ça marche pas avec les CHATS). Lorsqu’un chien a faim et voit sa gamelle pleine, il manifeste sa joie en remuant la queue et en bavant. Alors Pavlov a fait l’expérience scientifique (ben oui) suivante :

On a donné de la nourriture à un chien en lui faisant écouter une clochette. On a répété cela un grand nombre de fois, afin que le cerveau du chien mémorise l’association nourriture = clochette. Enfin lorsqu’on lui a fait entendre la sonnerie sans lui montrer la gamelle, le pauvre toutou s’est mis à baver et à remuer la queue persuadé qu’il allait manger : il s’agit du célèbre réflexe conditionné.

La plupart des humains étant aussi intelligents que les chiens, on peux aussi les dresser à réagir automatiquement à un stimuli (son, image, etc). En effet la définition exacte la Publicité est « l’art d’utiliser la psychologie à des fins commerciales ».

Le principe en est d’associer un produit à un désir (ou fantasme) afin que le consommateur achète le produit qui matérialise son rêve. L’exemple le plus amusant est celui des publicités pour automobiles. On s’adresse bien sûr aux hommes adultes (mais immatures) en associant une fille sexy à la voiture. Le mécanisme enclenché est évident : si j’achète la voiture, j’aurais la pin-up. Bien sûr c’est un leurre car la fille n’est PAS livrée avec la voiture. Mais ces messieurs font quand même les coqs au volant croyant que ça séduit les poulettes !

On utilise souvent le processus d’identification à un héros, une star, un sportif, le couple parfait, etc. Mais on « cible » le profil psychologique des consommateurs visés pour y adapter la mise en scène du produit. Car le stimuli est différent selon qu’on s’adresse à des retraités, des adolescents ou des mères de famille. Le sous-entendu est vraiment grossier (pour être aussi beau, riche et heureux que cette créature de rêve, achetez le produit machin). L’habit ne fait pas le moine (le slip ne fait pas le superman) cependant la majorité de la population y croit sans se poser de question.

Il faut décrypter avec les enfants les ressorts de la publicité afin qu’ils ne se laissent pas conditionner passivement et deviennent des consommateurs avisés.

PS : le conditionnement ne marche pas avec les chats parce que ce sont les chats qui dressent les humains ! MDR


Ces dames du temps jadis

Au Moyen-Age il y avait des femme artistes, peintres, musiciennes, sculptrices ou écrivaines comme Christine de Pizan. D’ailleurs en ce temps là les femmes avaient un statut social équivalent à celui des hommes, exerçant toutes sortes de métiers. Mais pour être tout à fait libre il fallait d’une façon ou d’une autre s’affranchir du mariage en entrant dans un couvent … ou en étant veuve (pas si compliqué quand ces messires passaient leur temps à s’entre-tuer).

Christine de Pizan (1364 – 1430) est une philosophe et poétesse française de naissance italienne, première femme écrivain de langue française ayant vécu de sa plume. Auteure prolifique, elle écrivit des traités de politique, de philosophie et des poésies ainsi que la Vie de Jeanne d’Arc et aussi « Cent ballades d’amant et de dame » et « la Cité des dames ».


J’ai toujours eu une grande admiration pour les enluminures et lettrines gothiques. D’ailleurs quand j’étais adolescente je rêvais d’être une peinteresse médiévale, passant mes journées sur un lutrin à embellir des manuscrits. Mais à l’époque, on entrait au Lycée en 6ème et l’on étudiait la Littérature Française par ordre chronologique, en commençant par le Moyen-âge. Ainsi j’ai pu m’émerveiller de tant de texte sublimes et me passionner pour l’Histoire de l’Art, que l’on n’enseigne plus aux collégiens d’aujourd’hui. Ceux-ci sont bien trop hypnotisés sur des tablettes qui lessivent leurs cerveaux.

Tout ça parce que je participe toujours au challenge « arbre » de Mamitta  et que je lui ai envoyé des images gothiques… Allez donc voir sa forêt : c’est trop cool ;

http://filopattes.canalblog.com/

Et si vous voulez voir mes dernières illustrations, c’est sur mon autre blog.


Faut-il tuer le Temps ?

Aujourd’hui 26 Mars, on a fait un bon en avant dans le temps. C’est le passage à l’heure d’été et tout le monde doit avancer ses horloges d’une heure…

Moi, je ne comprend pas l’intérêt de ce système carrément ennuyeux. Parait-il que cela a été inventé pour économiser l’énergie. Mais comment ? Je ne me couche pas comme les poules et quand il fait nuit j’allume la lumière. D’ailleurs la nuit stimule ma créativité : je vis la nuit et dors au soleil comme tous les chats. Et puis maintenant on a des ampoules économiques…


Pour être vraiment écologiste il faudrait revenir à l’éclairage aux bougies ou bien aux lampes à huile d’autrefois. Un jour peut-être, une panne générale nous obligera à repartir en arrière et à vivre comme les Amishs ! Alors soyez prévoyant(e) et transformez vos bocaux et bouteilles (en verre bien sûr) en lampe : explications (en anglais et en images) sur WIKIHOW :

http://www.wikihow.com/Make-an-Oil-Lamp

Pour un photophore c’est encore plus facile : posez une grosse bougie dans un verre ou un vase et le tour est joué !


Le temps qui passe en nous conduisant inexorablement vers la mort, voilà qui nous rappelle le thème classique de la Vanité en peinture (ci-dessus un tableau du 17ème siècle) une allégorie que les tatoueurs ont joyeusement renouvelée. Sablier, horloge, bougie, crâne sont autant de symboles philosophiques qui évoquent la fuite du temps.

Tempus Fugit

Vanitas vanitatis et omnia vanitas