couleurs

Aux couleurs du Printemps

J’ai réalisé cette illustration en utilisant la palette des couleurs du Printemps dans une composition inspirée par les découpages de Matisse. J’ai placé la silhouette d’un personnage en mouvement au milieu d’une végétation exotique et luxuriante pour illustrer la page d’accueil. Ce sont des motifs au pochoir sur lesquels que je travaille en ce moment.

C’est une gamme de couleurs chaudes et douces que j’ai toujours aimé utiliser et que je retrouve spontanément. Les tons de base sont le rouge orangé et le bleu turquoise, classés comme couleurs secondaires et complémentaires. Elles s’harmonisent parfaitement avec des verts mousse et des bleus indigos.

Ce sont mes couleurs, celles qui correspondent à ma personnalité selon la méthode des 4 saisons. Celle que j’ai envie de choisir aussi en décoration comme sur ce petit miroir en bois peint (clin d’oeil au cubisme) que j’ai réalisé il y quelques temps. Et si je m’aventure dans un autre registre (tons froids ou neutres) je suis un peu perdue ! Le théoricien Joannens Itten avait bien raison en élaborant sa méthode artistique : nous avons chacun(e) une gamme chromatique favorite…

Retrouvez les explications dans mon ancien article sur les BASES du RELOOKING et si vous souhaitez que je développe ce sujet (trouver sa palette), dites le moi en commentaire.

Des couleurs rastaquouères

Mais qui a barbouillé de couleurs rastaquouères le tramway de la ligne 2 (à Montpellier) que j’emprunte régulièrement pour aller en ville ? Pour les profanes, un rastaquouère est (au 19 ème siècle) « un personnage exotique étalant un certain mauvais goût et vivant de moyens douteux ». Un genre vulgaire et criard (dans tous les sens du terme) qui s’étale sans vergogne à Montpellier, par ailleurs mégalopole branchée dans le style « hypster ».
Mes yeux me piquent tellement que j’ai été obligée de créer l’oiseau bizarre qui va dévorer cette grosse chenille :

Si j’adore le Reggae et Bob Marley, je penses que n’est pas rasta qui veut ! Et je me demande si les célèbres designers Garouste et Bonetti ont pensé au drapeau de l’Ethiopie (rouge, jaune, vert) en créant cet habillage criard qui a couté une fortune à la ville. Ce décor date de 2006 mais rappelle les motifs de papier peint des années 1960, où la couleur orange envahissait la déco. C’est complètement kitsch mais quand même « too much », assurément trop moche.


Point n’est besoin de présenter Bob Marley, la STAR du mouvement RASTA (rastafarien) qui a traversé le temps et l’espace pour captiver encore et encore nos oreilles. Seulement quand il est question de Style, Mode et Déco, l’Afrique a beaucoup plus d’élégance et de raffinement à offrir avec le Wax et l’Indigo que cette cacophonie…

L’intérieur du wagon n’a rien absolument à voir avec l’extérieur : la gamme de couleurs est beaucoup plus subtile avec du vert mousse, rose fuchsia et bordeaux. Ces tons rompus et complémentaires donnent une ambiance calme et reposante, évoquant l’époque 1900. Pourquoi ne pas avoir coordonné les deux ? Mystère !

Qu’en pensez-vous ?


Les couleurs complémentaires en Déco

Lorsqu’un artiste ou designer compose une harmonie de couleurs, il ne les choisit pas au hasard. Bien au contraire, il travaille en tenant compte des propriétés physiologiques des couleurs, c’est à dire de la façon dont notre corps réagit à celles-ci. La première  règle est de bien utiliser les complémentaires (voir mon article précédent). Mais savez-vous pourquoi la plupart des salles d’opération ainsi que les vêtements des chirurgiens ont cette drôle de couleur verte ?

Les illusions d’optique & la persistance rétinienne

Vous avez surement déjà fait celle petite expérience : regardez fixement un motif noir sur une feuille blanche, puis levez brusquement les yeux sur le mur (ou une surface blanche). Le motif apparaît alors sur le mur ! C’est une illusion d’optique car le dessin reste imprimée quelques secondes sur votre rétine. Il s’agit de l’image résiduelle, phénomène démontré en 1825 par Faraday. Et il en est de même pour les couleurs. En effet, lorsque nous fixons longtemps une tache de couleur, nos récepteurs oculaires saturent et inversent le processus dans cette image résiduelle. En effet si nous regardons ensuite une surface blanche, cette tache est perçue dans la couleur complémentaire de celle qui a été observée . Cela peut créer une sensation de malaise, sauf si cette couleur complémentaire est déjà présente juste à côté.

Ainsi lorsque les médecins regardaient le sang rouge de leurs patients et qu’ils levaient ensuite les yeux, ils étaient gênés par la vision de taches vertes (complémentaire du rouge). Le fait de peindre les murs en vert (mais pas n’importe lequel) annule cet effet d’optique et leur permet de travailler sereinement !

Voilà pourquoi vous devez toujours combiner deux couleurs complémentaires en décoration. Un petit coussin peut suffire à rétablir l’équilibre pour créer une belle harmonie. Votre cercle chromatique vous sera d’un grand secours si vous n’êtes pas encore un virtuose des gammes chromatiques.


Mais observez bien la nature et admirez comment elle sait parfaitement harmoniser les couleurs afin de réjouir nos yeux (avant nos papilles) en nous procurant une merveilleuse sensation de plénitude…

En navigant sur ce site ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer